Un peu de poésie ce matin avec cette illustration d'un texte de Robert Frost, poète américain (1874-1963)

Bien entendu en anglais, mais je me suis essayé à une petite traduction en dessous si besoin, même s'il est particulièrement difficile de traduire de la poésie.

Robert Frost Le chemin que l'on n'emprunte pas

source Zen Pencils

Deux chemins divergeaient dans un bois jaune,
Désolé de ne pas pouvoir voyager sur les deux,
Et d'en être l'unique voyageur, je restais longtemps,
Et en scrutais un aussi loin que je pouvais,
jusqu'à l'endroit où il se perdait dans le sous-bois;

Puis j'empruntais l'autre, tout autant séduisant,
et offrant peut-être de meilleurs arguments,
car il était couvert d'herbe et demandait à être foulé,
Bien qu'en réalité des pas,
Les avaient foulés de la même façon,

Et tout deux ce matin s'offraient de la même façon,
Avec leur feuilles que nul pied n'avait noirci,
Oh, j'ai gardé l'autre pour un autre jour !
Sachant la façon dont un chemin mène à un autre,
Je doutais de ne jamais y revenir.

Je devrais avouer dans un soupir,
Quelque part dans un lointain avenir,
Deux chemins divergeaient dans un bois,
J'ai pris celui le moins emprunté,
Et cela a fait toute la différence.

 

 


Tu aimes ce site ?


Tu devrais lire aussi

Commentaires

Portrait de Isabelle

Pas mal !

Ajouter un commentaire