"Voici comment nous reprendrons l'Internet" Edward Snowden, TED2014

Tu en as peut-être entendu parler, Edward Snowden est intervenu lors de la conférence TED2014 la semaine dernière à Vancouver. Par vidéo interposée bien évidemment, l'ex-employé de la NSA étant toujours actuellement en Russie.

Il revient sur sa démarche, les quelques révélations déjà faite (plein d'autres restent à venir), et donne quelques pistes sur l'importance de conserver un Internet libre et ouvert tel que nous le connaissons.

Avec en prime le passage sur scène de Tim Berners-Lee, principal inventeur du World Wide Web.

La transcription en français n'ayant pas encore été réalisée, en voici une à ma sauce. Je vais sans doute voir comment la proposer aux équipe de TED, après quelques relectures supplémentaires. N'hésite pas d'ailleurs à la commenter / corriger.

Chris Anderson: Les droits des citoyens, l'avenir de l'Internet. Donc, je voudrais souhaiter la bienvenue sur la scène de TED de l'homme derrière ces révélations, Ed Snowden. (Applaudissements) Ed est dans un endroit éloigné quelque part en Russie et il contrôle ce robot de son ordinateur portable, il peut donc voir ce que le robot peut voir. Ed, bienvenue sur la scène de TED. Que pouvez-vous voir, au fait ?

Edward Snowden: Ha, je peux voir tout le monde. C'est incroyable. (Rires)

CA : Ed, quelques questions pour vous. Vous avez été traité de beaucoup de choses au cours des derniers mois. Vous avez été traité de dénonciateur, de traître, de héros. Comment vous décririez-vous ?

ES : Vous savez, toutes les personnes impliquées dans ce débat ont eu du mal avec moi et ma personnalité, et comment me décrire. Mais quand je pense à ce sujet, ce n'est pas la question qui devrait nous préoccuper. Qui je suis vraiment n'a pas d'importance du tout. Si je suis la pire personne dans le monde, vous pouvez me haïr et passer à autre chose. Ce qui importe vraiment ici sont les questions. Ce qui importe vraiment ici, c'est le genre de gouvernement que nous voulons, la nature de l'Internet que nous voulons, le type de relation entre les personnes et les sociétés. Et j'espère que le débat se déplace dans cette direction,  nous avons vu que cela augmentait au fil du temps. Si je devais me décrire, je ne voudrais pas utiliser des mots comme «héros». Je ne voudrais pas utiliser "patriote", et je ne voudrais pas utiliser «traître». Je dirais que je suis un Américain et je suis un citoyen, comme tout le monde.

CA : Donc, juste pour donner un peu de contexte pour ceux qui ne connaissent pas toute l'histoire. (Applaudissements ) Il ya un an, vous étiez stationné à Hawai en tant que consultant pour la NSA. En tant qu'administrateur système, vous aviez accès à leurs systèmes, et vous avez commencé à révéler certains documents classifiés à quelques journalistes triés sur le volet qui ouvrent la voie aux révélations de juin. Alors, qu'est-ce qui vous a poussé à faire cela?

ES : Vous savez, quand j'étais à Hawaii, et les années précédentes, quand je travaillais dans la communauté du renseignement, j'ai vu beaucoup de choses qui m'avait perturbé. Nous faisons beaucoup de bonnes choses dans la communauté du renseignement, des choses qui doivent être faites, et des choses qui aident tout le monde. Mais il y a aussi des choses qui vont trop loin. Il y a des choses qui ne doivent pas être faites, et des décisions qui ont été prises dans le secret, sans que le public en soit conscient, sans le consentement de la population, et sans même que nos représentants au gouvernement aient connaissance de ces programmes. Quand j'ai vraiment été aux prises avec ces questions, je me suis dit : "comment puis-je le faire de la manière la plus responsable, qui maximise le bien public tout en minimisant les risques ?" Et de toutes les solutions que je pouvais trouver, il y avait d'aller au Congrès, où il n'y avait pas de lois, il n'y avait pas de protection juridique pour un employé privé, un entrepreneur dans l'intelligence comme moi, il y avait un risque que je sois enterré avec l'information et que le public ne soit jamais informé. Mais le Premier Amendement de la Constitution des Etats-Unis nous garantit une liberté de la presse pour une bonne raison, c'est pour permettre à une presse contradictoire, de défier le gouvernement, mais aussi de collaborer avec le gouvernement, d'avoir un dialogue et un débat sur la façon dont nous pouvons informer le public sur des questions d'importance vitale sans mettre notre sécurité nationale en danger. Et en travaillant avec des journalistes, en donnant toute mon information au peuple américain, plutôt que de me faire confiance pour prendre les décisions au sujet de la publication, nous avons eu un débat robuste avec un investissement profond par le gouvernement, ce qui je pense a entraîné un bénéfice pour tout le monde. Et les risques qui ont été énoncés, les risques qui ont été exagérés par le gouvernement ne se sont jamais matérialisés. Nous n'avons jamais vu aucune preuve même d'une seule instance de préjudice spécifique, et de ce fait, je suis à l'aise avec les décisions que j'ai prise.

CA : Permettez-moi de montrer au public quelques exemples de ce que vous avez révélé. Si nous pouvions avoir une diapositive, et Ed, je ne sais pas si vous pouvez le voir, les diapositives sont ici. Il s'agit d'une diapositive du programme PRISM, et peut-être que vous pourriez dire à l'auditoire ce qui a été révélé.

ES : La meilleure façon de comprendre PRISM, parce qu'il y a eu un peu de controverse, est d'abord parler de ce que PRISM n'est pas. L'essentiel du débat aux Etats-Unis a été sur les métadonnées. Ils ont dit "ce sont juste des métadonnées, ce sont juste des métadonnées", et ils parlent d'une autorité juridique spécifique appelée Section 215 du Patriot Act. Cela permet une sorte d'écoute électronique sans mandat, la surveillance de masse des enregistrements téléphoniques de l'ensemble du pays, des choses comme ça - à qui vous parlez, quand vous leur parlez, où vous voyagé. Ce sont tous des événements de métadonnées. PRISM est sur le contenu. Il s'agit d'un programme par lequel le gouvernement pourrait obliger les entreprises américaines, il pourrait enrôler les entreprises américaines pour faire son sale boulot pour la NSA. Et même si certaines de ces entreprises résistent, même si certaines d'entre elles - je crois que Yahoo était l'un d'entre eux - contestaient devant les tribunaux, c'est peine perdue, parce que cela n'a jamais été jugé par une cour ouverte. Ils ont été jugés par un tribunal secret. Quelque chose que nous avons vu, quelque chose sur le programme PRISM qui est très inquiétant pour moi : il y a eu un sujet de discussion dans le gouvernement des Etats-Unis où ils ont dit que 15 juges fédéraux ont examiné ces programmes et les considèrent comme légitimes, mais ce qu'ils ne vous disent pas, c'est que ce sont les juges secrets dans une cour secrète basés sur des interprétations secrètes de droit, qui ont examiné 34 000 demandes en 33 ans, et ont rejeté seulement 11 demandes du gouvernement en 33 ans. Ce ne sont pas les gens que nous voulons pour décider quel rôle devrait porter les entreprises américaines dans un Internet libre et ouvert.

CA : Maintenant, cette diapositive que nous montrons ici indique les dates dans lesquelles des sociétés de technologie, des sociétés Internet, sont soupçonnées d'avoir rejoint le programme, et où la collecte des données a commencé par eux. Maintenant, ils ont refusé de collaborer avec la NSA. Comment les données ont été recueillies par la NSA ?

ES : C'est vrai. La diapositive de la NSA se réfèrent à un accès direct. Ce que cela signifie pour un analyste de la NSA, quelqu'un comme moi qui travaillait comme analyste du renseignement ciblé, sur les cyber-pirates chinois, des choses comme ça, est la provenance de ces données est directement à partir de leurs serveurs. Cela ne signifie pas qu'il y a un groupe de représentants de l'entreprise assis dans une salle enfumée avec la NSA autour, et passant des accords en coulisses sur la façon dont ils vont donner ce genre de choses là. Maintenant, chaque société gère cela de différentes manières. Certaines sont responsables. Certaines sont un peu moins responsables. Mais la ligne de fond est que, lorsque nous parlons de la façon dont cette information est donnée, cela vient des entreprises elles-mêmes. Ce n'est pas volé à partir des réseaux. Mais il y a une chose importante à retenir ici : même si les entreprises ont repoussé, même si les compagnies ont demandé, hey, faisons cela à travers un processus de mandat, nous allons faire une sorte de revue juridique, une sorte de base pour la remise des données de ces utilisateurs, nous avons vu des histoires dans le Washington Post l'année dernière qui n'ont pas été aussi bien rapporté que l'histoire de PRISM, disant que la NSA est entré dans les communications du centre de données de Google et de Yahoo. Ainsi, même pour ces entreprises qui coopèrent de manière obligé mais j'espère légale avec la NSA, la NSA n'est pas satisfaite de cela, et à cause de cela, nous avons besoin que nos entreprises travaillent très dur pour garantir qu'ils vont représenter les intérêts de l'utilisateur, et aussi défendre les droits des utilisateurs. Et je pense que l'année dernière, nous avons vu que les entreprises nommées sur les documents de PRISM ont fait de grands progrès, et je les encourage à continuer.

CA : Que doivent-elles faire ?

ES : La plus grande chose qu'une compagnie d'Internet en Amérique puisse faire aujourd'hui, dès maintenant, sans consultation avec des avocats, est de protéger les droits des utilisateurs dans le monde, est d'activer le chiffrement web SSL sur chaque page que vous visitez. La raison pour laquelle c'est important aujourd'hui, est que si vous allez regarder "1984" sur Amazon.com, la NSA peut voir une trace de ça, les services de renseignements russes peuvent voir une trace de ça, les services chinois peuvent voir une trace de ça, les services français, les services allemands, les services de l'Andorre. Ils peuvent tout voir, parce que c'est en clair. La bibliothèque du monde entier est sur Amazon.com, mais non seulement ils ne prennent pas en charge le chiffrement par défaut, vous pouvez choisir de ne pas utiliser le cryptage lors de la navigation entre les livres. C'est quelque chose que nous devons changer, pas seulement pour Amazon, je ne veux pas les mettre en avant, mais ils sont un excellent exemple. Toutes les entreprises ont besoin d'aller vers une habitude de navigation crypté par défaut pour tous les utilisateurs qui n'ont pas pris de mesures ou de méthodes spéciales de leur propre chef. Cela va augmenter la vie privée et les droits dont jouissent les individus dans le monde entier.

CA : Ed, venez avec moi sur cette partie de la scène. Je veux vous montrer la diapositive suivante ici. (Applaudissements ) C'est un programme appelé Boundless Informant. Qu'est-ce que c'est?

ES : Alors, je dois donner crédit à la NSA pour l'utilisation d'un nom approprié à ce sujet. C'est l'un de mes cryptonymes préférés à la NSA. Boundless Informant est un programme que la NSA a caché au Congrès. La NSA a déjà été intérrogé par le Congrès, avait-elle la capacité de donner une estimation  approximative de la quantité de communications américaines qui ont été interceptées ? Ils ont dit non. Ils ont dit, nous ne suivons pas ces statistiques, et nous ne pouvons pas suivre ces statistiques. Nous ne pouvons pas vous dire combien de communications nous interceptons dans le monde entier, parce que, pouvoir vous dire ça ce serait envahir votre vie privée. Maintenant, j'apprécie vraiment ces beaux discours, mais la réalité, quand vous regardez cette diapositive est que, non seulement ils ont la capacité, mais ils le savent déjà. C'est déjà en place. La NSA a son propre format de données interne qui suit les deux extrémités d'une communication, et si elle dit, cette communication est venu d'Amérique, ils peuvent dire au Congrès combien de ces communications qu'ils ont aujourd'hui, en ce moment. Et ce Boundless Informant nous dit que plus de communications sont interceptées en Amérique sur les Américains qu'il n'y en a en Russie sur les Russes. Je ne suis pas sûr que c'est ce qu'une agence de renseignement devrait être.

CA : Ed, il y avait une histoire dans le Washington Post, de nouveau à partir de vos données. Le titre dit: «la NSA a brisé les règles de la vie privée des milliers de fois chaque année. " Dites-nous en plus à ce sujet.

ES : Nous avons également entendu dans des témoignages au Congrès l'an dernier, il était incroyable pour quelqu'un comme moi qui vient de la NSA et qui a vu les documents internes de ses yeux, qui sait ce qu'ils contiennent, de voir les responsables témoigner sous serment qu'il n'y avait eu aucun abus, qu'il n'y avait pas eu de violation des règles de la NSA, alors que nous savions que cette histoire allait sortir. Mais ce qui est particulièrement intéressant à ce sujet, sur le fait que la NSA a violé ses propres règles, ses propres lois des milliers de fois en une seule année - y compris un événement en soi, un événement hors de ces 2776, qui a touché plus de 3.000 personnes. Dans un autre cas, ils ont intercepté tous les appels à Washington, DC, par accident. Ce qui est incroyable à ce sujet, ce rapport, qui n'a pas attiré beaucoup l'attention, c'est le fait que non seulement il y a eu 2,776 abus, mais la Présidente de la commission du renseignement du Sénat, Dianne Feinstein, n'avait pas vu ce rapport jusqu'à ce que le Washington Post l'a contacte en lui demandant des commentaires sur le rapport. Et puis elle a demandé une copie à la NSA et reçu, mais n'avait jamais vu cela avant. Qu'est-ce que cela dit sur l'état de la surveillance dans le renseignement américain, lorsque le président de la commission du renseignement du Sénat n'a aucune idée sur le fait que les règles sont brisées des milliers de fois chaque année ?

CA : Ed, une réponse à l'ensemble de ce débat est la suivante: Pourquoi devrions-nous nous préoccuper de tout cette surveillance, honnêtement? Je veux dire, regardez, si vous n'avez rien fait de mal, vous n'avez rien à vous faire de soucis. Quel est le problème avec ce point de vue ?

ES : Eh bien, la première chose est, vous renoncez à vos droits. Vous dites hé, vous savez, je ne pense pas que je vais avoir besoin d'eux, donc je vais juste faire confiance et me débarrasser d'eux, il ne compte pas vraiment, ces gars-là vont faire les bonnes choses. Vos droits sont importants parce que vous ne savez jamais quand vous allez en avoir besoin. Au-delà, c'est une partie de notre identité culturelle, non seulement en Amérique, mais dans les sociétés occidentales et dans les sociétés démocratiques à travers le monde. Les gens devraient être en mesure de prendre le téléphone et d'appeler leur famille, les gens devraient être en mesure d'envoyer un message texte à leurs proches, les gens devraient être en mesure d'acheter un livre en ligne, ils devraient être en mesure de voyager en train, ils doivent être en mesure d'acheter un billet d'avion sans s'interroger sur la façon dont ces événements vont être interceptés par un agent du gouvernement, peut-être même pas un gouvernement dans l'avenir, comment ils vont être mal interprété et ce qu'ils vont penser de vos intentions. Nous avons le droit à la vie privée. Nous devons être sûrs que cela soit fondé sur une cause probable ou un certain genre de soupçons précis, parce que nous pensons que faire confiance à n'importe qui, à toute autorité gouvernementale, avec l'ensemble des communications humaines dans le secret et sans contrôle est tout simplement une trop grande tentation.

CA : Certaines personnes sont furieuses de ce que vous avez fait. J'ai entendu récemment une citation de Dick Cheney qui a dit que Julian Assange a été une piqûre de puce, Edward Snowden est "le lion qui a mordu la tête du chien" (note : je n'ai pas trouvé de traduction à cette expression). Ils pensent que vous avez commis l'un des pires actes de trahison de l'histoire américaine. Que diriez-vous aux gens qui pensent ça ?

ES : Dick Cheney est vraiment quelqu'un. (Rires) (Applaudissements) Merci. (Rires) Je pense que c'est incroyable, parce qu'à l'époque où Julian Assange faisait son plus grand travail, Dick Cheney a dit qu'il allait mettre fin aux gouvernements du monde entier, les cieux allaient s'enflammer et les mers allaient bouillir, et maintenant il dit que c'était une piqûre de puce. Donc, nous devrions avoir des doutes sur le même genre de revendications exagérées de dommages à la sécurité nationale de ce genre de fonctionnaires. Mais supposons que ces gens croient vraiment cela. Je dirais qu'ils ont une sorte de conception étroite de la sécurité nationale. Les prérogatives de gens comme Dick Cheney ne gardent pas la nation sûre. L'intérêt public n'est pas toujours le même que l'intérêt national. Aller à la guerre avec les gens qui ne sont pas notre ennemi dans des endroits qui ne sont pas une menace ne nous rend pas sûr, et cela s'applique que ce soit en Irak ou sur Internet. L'Internet n'est pas l'ennemi. Notre économie n'est pas l'ennemi. Les entreprises américaines, les entreprises chinoises, et toute autre société là-bas est une partie de notre société. C'est une partie de notre monde interconnecté. Il ya des liens de fraternité qui nous lient ensemble, et si nous détruisons ces obligations en sapant les normes, la sécurité, la manière de se comporter, que les nations et les citoyens partout dans le monde attendent que nous respections.

CA : Mais il est allégué que vous avez volé 1,7 millions de documents. Il semble que quelques centaines d'entre eux ont été partagé avec les journalistes jusqu'ici. Y at-il plus de révélations à venir ?

ES : Il y a absolument plus de révélations à venir. Je ne pense pas qu'il y ait le moindre doute que certains des rapports les plus importants sont encore à venir.

CA : Venez ici, parce que je veux vous poser des questions sur cette révélation particulière. Venez jeter un coup d'oeil. Je veux dire, c'est une histoire qui je pense pour un grand nombre de techniciens dans cette salle est la chose la plus choquante qu'ils ont entendu au cours des derniers mois. Il s'agit d'un programme appelé "Bullrun". Pouvez-vous expliquer ce que c'est?

ES : Alors Bullrun, et cela est nouveau et nous avons à remercier la NSA pour leur franchise, c'est un programme nommé d'après une bataille de la guerre civile. L'homologue britannique est appelé Edgehill, qui est au Royaume-Uni une bataille de la guerre civile. Et la raison pour laquelle je crois qu'ils l'ont nommé de cette façon, c'est parce qu'ils ciblent notre propre infrastructure. Ils ont des programmes grâce auxquels la NSA induit volontairement en erreur les entreprises partenaires. Ils racontent aux entreprises partenaires que ce sont des normes de sécurité. Ils disent hey, nous avons besoin de travailler avec vous pour sécuriser vos systèmes, mais en réalité, ils donnent de mauvais conseils à ces entreprises qui dégradent la sécurité de leurs services. Ils construisent des backdoors que non seulement la NSA peut exploiter, mais quelqu'un d'autre qui a le temps et l'argent pour la recherche et trouver peuvent ensuite utiliser pour avoir accès aux communications dans le monde. Et c'est vraiment dangereux, parce que si nous perdons une norme unique, si nous perdons la confiance de quelque chose comme le SSL, qui a été spécifiquement ciblé par le programme Bullrun, nous vivrons un monde globalement moins sûr. Nous ne serons pas en mesure d'accéder à nos banques et nous ne serons pas en mesure d'accéder aux commerces sans nous soucier des gens qui surveillent ces communications de les subvertir pour leurs propres fins.

CA : Et ces mêmes décisions peuvent aussi potentiellement ouvrir Amérique à des cyberattaques provenant d'autres sources ?

ES : Absolument. Un des problèmes, l'un des héritages dangereux que nous avons vu dans l'ère post 11 septembre, c'est que la NSA a toujours porté deux chapeaux. Ils ont été en charge des opérations offensives, qui est le piratage, mais ils ont également été en charge des opérations défensives, et traditionnellement, ils ont toujours la priorité sur la défense basée sur le principe que les secrets américains ont tout simplement plus de valeur. Si nous piratons une entreprise chinoise et volons leurs secrets, si nous piratons un bureau du gouvernement à Berlin et volons leurs secrets, cela a moins de valeur pour le peuple américain que de faire en sorte que les Chinois ne puissent pas avoir accès à nos secrets. Donc, en réduisant la sécurité de nos communications, ils ne vont pas seulement mettre le monde dans une situation risquée, ils mettent l'Amérique dans une situation risquée de manière fondamentale, parce que la propriété intellectuelle est la base, le fondement de notre économie, et si nous mettons un risque en affaiblissant la sécurité, nous allons payer pour cela pendant des années.

CA : Mais ils ont fait le calcul qu'il valait la peine de faire cela dans le cadre de la défense de l'Amérique contre le terrorisme. Certes, cela est un prix à payer.

ES : Eh bien, quand vous regardez les résultats de ces programmes pour arrêter le terrorisme, vous verrez que ce n'est pas fondé, parce que nous avons eu la première audience publique, le premier tribunal fédéral qui a examiné cela, en dehors de l'accord de secret, et a appelé ces programmes orwelliens et probablement inconstitutionnels. Le Congrès qui est censé être informé sur ces choses, et a maintenant le désir de l'être, a produit des billets pour le réformer, et deux pannels indépendants de la Maison Blanche qui ont examiné toutes les preuves classifiées disent que ces programmes n'ont jamais cessé un seul attentat terroriste qui était imminent aux Etats-Unis. Donc, est-ce vraiment le terrorisme que nous stoppons ? Ces programmes ont une valeur quelconque ? Je dis non, et les trois branches du gouvernement américain disent non également.

CA : Je veux dire, pensez-vous qu'il ya une motivation plus profonde pour eux que la guerre contre le terrorisme ?

ES : Je suis désolé, je n'ai pas endendu, pouvez-vous répéter ?

CA : Désolé. Pensez-vous qu'il y a une motivation plus profonde, autre que la guerre contre le terrorisme ?

ES : Oui. La ligne de fond est que le terrorisme a toujours été ce que nous dans le monde de l'intelligence pourrions appeler une couverture pour l'action. Le terrorisme est quelque chose qui provoque une réaction émotionnelle qui permet aux gens de rationaliser les pouvoirs et les programmes qu'ils n'auraient pas autrement. Le Bullrun et les programmes Edgehill, la NSA a demandé ces autorités dans les années 1990. Ils ont demandé au FBI d'aller au Congrès et de défendre la cause. Le FBI est allé au Congrès et l'a défendu. Mais le Congrès et le peuple américain ont dit non. Ils ont dit, ça ne vaut pas le risque pour notre économie. Ils ont dit que cela causerait trop de dégâts à notre société pour justifier les gains. Mais ce que nous avons vu est que, à l'époque post-11 septembre, ils ont utilisé le secret et ils ont utilisé la justification du terrorisme pour démarrer ces programmes dans le secret, sans demander au Congrès, sans demander au peuple américain, et c'est ce genre de gouvernement à huis clos dont nous devons nous prémunir, parce qu'il nous rend moins sûr, et il n'offre aucune valeur.

CA : D'accord. Venez avec moi ici une seconde, parce que j'ai une question plus personnelle pour vous. En parlant de la terreur, la plupart des gens trouveraient la situation que vous vivez en ce moment en Russie assez terrifiante. Vous avez évidemment entendu ce qui s'est passé, le traitement que Bradley Manning a obtenu, Chelsea Manning aussi maintenant, et il y avait une histoire dans Buzzfeed disant qu'il ya des gens dans la communauté du renseignement qui veulent votre mort. Comment vivez-vous cela ? Comment vivez-vous la peur ?

ES : Il n'est pas un mystère qu'il y a des gouvernements là-bas qui veulent me voir mort. J'ai exprimé clairement, encore et encore et encore, que je me réveille chaque matin en pensant à ce que je peux faire pour le peuple américain. Je ne veux pas nuire à mon gouvernement. Je veux aider mon gouvernement, mais le fait est qu'ils sont prêts à ignorer complètement une procédure régulière, ils sont prêts à déclarer la culpabilité sans jamais faire de procès, ce sont des choses contre lesquelles nous devons travailler en tant que société, et dire hey, ce n'est pas approprié. Nous ne devrions pas être traités de dissidents. Nous ne devrions pas criminaliser le journalisme. Et tout ce que je peux faire dans ce but, je suis heureux de le faire malgré les risques.

CA : Donc j'aimerais vraiment obtenir des retours du public ici, parce que je sais qu'il ya beaucoup de réactions différentes à Edward Snowden. Supposons que vous aviez les deux choix suivants, ok ? Vous pouvez voir ce qu'il a fait comme un acte fondamentalement irresponsable qui a mis l'Amérique en danger ou vous pourriez considérer comme un acte fondamentalement héroique qui va faire avancer l'Amérique et le monde vers des bénéfices à long terme ? Ce sont les deux choix que je vais vous donner. Je suis curieux de voir qui est prêt à voter avec le premier de ceux-ci, qu'il s'agissait d'un acte irresponsable ? Il y a quelques mains qui se levent. Quelques mains qui se lèvent. Il est difficile de mettre la main lorsque l'homme est debout ici, mais je les vois.

ES : Je peux vous voir. (Rires )

CA : Et qui va de pair avec le deuxième choix, l'acte fondamentalement héroique ?

(Applaudissements)

Et je pense qu'il est vrai de dire que beaucoup de gens n'ont pas levé la main et je pense qu'ils y réfléchissent toujours, car il me semble que le débat autour de vous n'a pas éclaté sur les lignes politiques traditionnelles. Ce n'est pas à gauche ou à droite, ce n'est pas vraiment pro - gouvernement, libertaire, ou pas seulement. Une partie est presque une question de génération. Vous faites partie d'une génération qui a grandi avec Internet, et il semble que vous devenez offensé presque à un niveau viscéral quand vous voyez quelque chose que vous pensez pouvoir nuire à l' Internet. Est-ce bien la vérité ?

ES : Ca l'est. Je pense que c'est très vrai. Ce n'est pas une question de gauche ou de droite. Nos libertés fondamentales - et quand je dis nos, je ne parle pas seulement des Américains, je veux dire les gens à travers le monde - ce n'est pas une question partisane. Ce sont des choses que tous les gens croient, et c'est à nous tous de les protéger, et des personnes qui ont vu et apprécié un Internet libre et ouvert, c'est à nous de préserver cette liberté pour la prochaine génération, et si nous ne changeons pas les choses, si nous ne nous levons pas pour faire les changements que nous devons faire pour garder le coffre-fort de l'Internet, pas seulement pour nous mais pour tout le monde, nous allons le perdre, et ce serait un énorme perte, non seulement pour nous, mais pour le monde.

(photo Steve Jurvetson)

CA : Eh bien, j'ai entendu un langage similaire récemment du fondateur de la World Wide Web, et je pense qu'il est avec nous, Sir Tim Berners- Lee. Tim, en fait, voulez-vous venir et dire, avons-nous un microphone pour Tim ?

(Applaudissements )

Tim, heureux de vous voir. Venez là. Dans quel camp êtes-vous, en passant, Traître, héros ? J'ai une théorie à ce sujet, mais...

Tim Berners- Lee : J'ai donné des réponses beaucoup plus longues à cette question, mais héros, si je dois faire le choix entre les deux.

CA : Et Ed, je pense que vous avez lu la proposition que Sir Tim a présenté d'une nouvelle Magna Carta pour reprendre l'Internet. Est-ce quelque chose qui a un sens ?

ES : Tout à fait. Je veux dire, ma génération, j'ai grandi pas seulement en pensant à l' Internet, mais j'ai grandi dans l'Internet, et bien que je ne m'attendais pas à avoir la chance de défendre de manière directe et pratique et de l'incarner de cette manière inhabituelle, presque comme un avatar, je pense qu'il y a quelque chose de poétique sur le fait que l'un des fils de l'Internet soit devenu si proche de l'Internet en raison de son expression politique. Et je crois que Magna Carta pour l'Internet est exactement ce dont nous avons besoin. Nous avons besoin de coder nos valeurs non seulement par écrit, mais dans la structure de l'Internet, et c'est quelque chose que je souhaite, je vous invite tout le public, et pas seulement ici, à Vancouver, mais partout dans le monde, à s'y joindre et à participer.

CA : Avez-vous une question pour Ed ?

TBL : Eh bien, deux questions, une question générale -

CA : Ed, pouvez-vous encore nous entendre?

ES : Oui, je vous entends.

CA : Oh, il est de retour.

TBL : Les écoutes sur votre ligne ont un peu perturbé pendant un moment. (Rires )

ES : C'est un peu un problème de la NSA.

TBL : Donc, à partir de 25 ans, prendre du recul et penser, qu'est-ce que vous pensez être le meilleur que nous pouvions obtenir de toutes les discussions que nous avons,sur le web que nous voulons ?

ES : Quand nous pensons jusqu'où nous pouvons aller, je pense que c'est une question qui est vraiment limité par ce que nous sommes prêts à mettre dedans. Je pense que l'Internet que nous avons apprécié dans le passé a été exactement ce que nous, pas seulement une nation, mais en tant que personnes à travers le monde ont besoin, et en coopérant, en engageant non seulement les aspects techniques de la société, mais comme vous l'avez dit, les utilisateurs, les gens du monde entier qui contribuent à travers l'Internet, les médias sociaux, ceux qui vérifient simplement la météo, ceux qui  comptent sur lui tous les jours comme une partie de leur vie, pour défendre ça. Nous aurons non seulement l'Internet que nous avons eu, mais un meilleur Internet, un présent meilleur, quelque chose que nous pouvons utiliser pour construire un avenir qui va être préférable, pas juste ce que nous espérions, mais tout ce que nous aurions pu imaginer.

CA : C'est il y a 30 ans que TED a été fondée, en 1984. Un grand nombre de conversations depuis lors a montré que George Orwell s'est trompé. Ce n'est pas Big Brother qui nous regarde. Nous, par la puissance de l'Internet, et de la transparence, nous observons Big Brother. Vos révélations sont comme un pieu dans le coeur mais d'un point de vue plutôt optimiste, vous croyez encore qu'il y a une façon de faire quelque chose à ce sujet. Et vous aussi.

ES : Bon, alors il y a un argument à faire valoir sur le fait que les pouvoirs de Big Brother ont énormément augmenté. Il y avait un article juridique récent à Yale qui a établi ce qu'on appelle le principe Bankston - Soltani, qui est que notre espérance de vie privée est violée en proportion de la baisse des coûts des capacités de surveillance du gouvernement, et à chaque fois que cela se produit, nous devons revoir et rééquilibrer nos droits à la vie privée. Maintenant, ce n'est pas arrivé alors que les pouvoirs de surveillance du gouvernement ont augmenté de beaucoup, et c'est pourquoi nous sommes face à ce  problème aujourd'hui, mais il y a encore de l'espoir, parce que le pouvoir des individus a également été accru par la technologie. Je suis la preuve que l'individu peut aller face à face contre les adversaires les plus puissants et les organismes les plus puissants de renseignement à travers le monde et gagner, et je pense que c'est quelque chose qui doit nous donner de l'espoir, et nous avons besoin de rendre cela accessible, pas uniquement seulement aux experts techniques, mais pour les citoyens ordinaires à travers le monde. Le journalisme n'est pas un crime, la communication n'est pas un crime, et nous ne devrions pas être contrôlé dans nos activités quotidiennes.

CA : Je ne suis pas sûr de savoir comment serrer la main d'un robot, mais j'imagine que c'est la main droite ici.

TBL : Ça va venir très bientôt.

ES : Ravi de vous rencontrer, et j'espère vous m'avez vu aussi bien que moi.

CA : Merci, Tim.

(Applaudissements )

Je voulais dire aussi, le New York Times a récemment appelé à une amnistie pour vous. Souhaitez-vous avoir la chance de revenir en Amérique ?

ES : Absolument. La question ne se pose pas vraiment, les principes qui ont été à la base de ce projet ont été l'intérêt public et les principes qui sous-tendent la création journalistique aux Etats-Unis et partout dans le monde, et je pense que si la presse est en train de dire qu'elle appuie cela, que c'est quelque chose qui devait arriver, c'est un argument de poids, mais ce n'est pas le dernier argument, et je pense que c'est quelque chose que le public doit décider. Mais dans le même temps, le gouvernement a laissé entendre qu'ils veulent une sorte de deal, qu'ils veulent que je compromette les journalistes avec qui j'ai travaillé, de revenir, et je veux qu'il soit bien clair que je n'ai pas fait cela pour être en sécurité. J'ai fait cela pour faire ce qui était juste, et je ne vais pas arrêter mon travail pour l'intérêt public juste pour dans mon propre intérêt. (Applaudissements )

CA : En attendant, avec l'aimable autorisation de l'Internet et de la technologie, vous êtes ici, de retour en Amérique du Nord, pas tout à fait aux Etats-Unis, le Canada, sous cette forme. Je suis curieux, comment vous sentez-vous?

ES : Le Canada est différent de ce à quoi je m'attendais. C'est beaucoup plus chaud. (Rires)

CA : A TED, la mission est "des idées qui méritent d'être diffusées ». Si vous pouviez résumer en une seule idée, quelle est votre idée que vous souhateriez diffuser en ce moment ?

ES : Je dirais que l'année dernière a été un rappel que la démocratie peut mourir derrière des portes closes, mais nous, les individus qui naissent derrière ces mêmes portes closes, nous n'avons pas à donner notre vie privée pour avoir un bon gouvernement. Nous n'avons pas à renoncer à notre liberté pour être en sécurité. Et je pense qu'en travaillant ensemble, nous pouvons avoir à la fois un gouvernement ouvert et notre vie privée, et je suis impatient de travailler avec tout le monde dans le monde entier pour que cela se produise.
Merci beaucoup.

CA : Ed, je vous remercie.

 

Edward Snowden a été inculpé par le gouvernement américain pour espionnage, vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux. Il est actuellement en situation d'asile temporaire en Russie.

N'oublions pas également que de nombreux pays dont la France lui ont refusé cet asile politique.

Richards Ledgett, directeur adjoint de la NSA, a répondu aux propos de Snowden 2 jours après au TED2014.

Commentaires

Portrait de Eliot

Merci pour la transcription, tu as du bien t'amuser !

Portrait de cochise

merci à toi, super boulot !

Portrait de Odin

Merci infiniment pour cette retranscription. Inquiétant tout ça...

Portrait de jakibadr

merci à toi, super boulot !

Ajouter un commentaire