Wil Wheaton : "Ne laisse pas les autres te rendre triste parce que tu aimes quelque chose"

Une courte vidéo enregistrée lors de la Denver Comic Con en 2013, où une jeune fille pose une question à Wil Wheaton, écrivain et acteur américain surtout connu pour ses rôles dans Star Trek : La Nouvelle Génération ou The Big Bang Theory.

Elle lui demande si on le traitait de "nerd" quand il était petit, et comment il gérait ça (on pourrait traduire "nerd" par "intello" en français, une personne plutôt intéressée par l'école et passionnée par des sujets comme la science, l'informatique...)

Voici sa réponse (une petite transcription en dessous si tu n'as pas le temps de regarder la vidéo)

Wil Wheaton parle des nerds - Humour

"Quand vous étiez enfant, est-ce qu'on vous traitait de nerd ? Si oui, comment l'avez-vous géré ?"

"Quand j'étais petit on me traitait de nerd tout le temps, parce que je n'aimais pas le sport, j'aimais lire, j'aimais les maths et les sciences, je trouvais l'école plutôt cool.

Ça m'a fait beaucoup de mal, parce que ce n'est jamais "ok" quand quelqu'un se moque de toi pour quelque chose que tu n'as pas choisi. Je n'ai pas choisi d'être nerd. On ne le contrôle pas. Et on n'a pas à s'excuser.

(Applaudissements)

J'aimerais pouvoir te dire que le plus simple est de les ignorer, mais ça blesse. Tu dois pouvoir comprendre - je pense que tu le peux car tu poses la question - qu'une personne qui se moque de toi, cela n'a rien à voir avec toi.

Ce n'est pas à propos de ce que tu as dit. Ce n'est pas ce que tu as fait. Ce n'est pas ce que tu aimes. C'est à propos d'eux.

Ils sont tristes.

Ils n'ont pas d'attention positives de leurs parents. Ils ne se sentent pas aussi intelligents que toi. Ils ne comprennent pas les choses que tu comprends. Peut-être que leurs parents les poussent à être une pompom girl, un joueur de baseball, ou un ingénieur... ou quelque chose qu'ils ne veulent pas faire. Alors ils se défoulent sur toi parce qu'ils ne peuvent pas être comme toi.

Alors, lorsque quelqu'un t'appelle comme ça, je sais que c'est dur, mais honnêtement la plus gentille et la meilleure des réactions est de les plaindre.

Ne les laisse pas te rendre triste parce que tu aimes quelque chose.

Trouve peut-être ce qu'ils aiment, et parlez-en. Je parie que cette personne aime le spirobole autant que tu aimes Dr Who. Vous aimez simplement des choses différentes.

Je vais te dire : cela ira mieux en grandissant.

(Applaudissements)

Je sais que c'est dur à l'école entouré des mêmes personnes tous les jours, qui se moquent de toi et te rendent triste. Il y a 50 000 personnes ici ce week-end, qui ont vécu la même chose... et nous allons tous très bien.

(Applaudissements)

Ne laisse surtout pas les autres te rendrent triste parce que tu aimes quelque chose et qu'ils ont décidé que c'était pour les nerds. C'est à toi de décider ce que tu aimes."

Commentaires

Portrait de princejosuah

Soyons raisonnable, je vais prendre le temps de commenter aujourd'hui. C'est vrai, avec des dizaines de RSS et des journées chargées, c'est pas évident...
Déjà merci pour les articles, surtout la motivation du lundi matin, et joyeux 3è anniversaire en retard ! :)

Concernant cet article, je m'y retrouve, et ça fait du bien. C'est bien que quelqu'un comme Wil Wheaton, dont la voix peut porter, dise clairement aux gens de ne pas s'en faire s'ils sont marginalisés pour ce qu'ils aiment.
J'ai subi ça au collège (je passe les détails, Wil a dit à quel point ça peut faire mal). La semaine dernière, un ancien camarade d'école (il y a 20 ans, quand même...) m'a même rappelé, sur le ton de la plaisanterie, que j'étais le gars qui ne sortait presque jamais, qui lisait tout le temps, même en marchant, etc.
Mais j'aimais beaucou ce que je lisais, cela m'a amené beaucoup d'esprit critique, beaucoup d'ouverture d'esprit et beaucoup de culture générale (d'ailleurs, les flux RSS en sont la suite logique). J'aime beaucoup là où cela m'a amené: un petit pseudo-geek sans prétention mais content de faire les choses par lui-même. Trouver des solutions là où les auto-proclamés "informaticiens" ont rendu les armes, donner des tips à des amis, installer moi-même mon réseau domestique Windows Server + clients (à force de tutos^^), faire fonctionner le DLNA de façon fluide (vivement le Raspberry Pi!!!), etc. Bon d'accord, je bloque encore un peu sur le VPN pour le remote access, mais je suis super content d'occuper mes weekends à ça, parce que j'aime ça.

PS: IRL je suis analyste financier, et psychologue en devenir (formation en cours) :-D

Voilà, c'était mon petit témoignage en guise d'apport... et de remerciement aussi !

Have a wonderful week, everybody ;)

Portrait de PoisonFanny

Meeerciiii Will Wheaton ! ça fait du bien ce soutien aux geeks du monde entier :)

Portrait de MoiJsuisUnVieux

Tiens, moi aussi je vais me fendre d'un commentaire.

A l'école je n'ai jamais fait aucun effort : j'assimilais ce qui me plaisait et n'écoutais même pas ce qui ne m’intéressait pas.

Je me souviens d'avoir lu Cyrano de Bergerac en 6ieme pendant les cours de français, caché dans mon Lagarde & Michard parce que c'était haletant et que le cours m'emmerdait.

Je n'ai jamais travaillé. Je suis un fainéant. Mais je n'ai jamais eu de télé, je lisais nuit et jour.
J'ai eu ma part de sport et de flemme, j'ai fait un métier qui m'a passionné.

En 1982 j'ai acheté un ordi d'occaze : un Commodore PET/CBM 2001. Au boulot mes potes me prenaient pour un doux dingue. Sauf les dévoreurs de SF comme moi ^^.

L'avis des autres à mon propos m'a toujours été indifférent.

Aujourd'hui je suis (jeune) retraité., et jeune grand-père.
Je continue à geeker mais j'avoue que le don que je cultive le plus c'est celui de la sieste :-)

J'ai toujours vécu comme je l'entendais, en anticonformiste, pas par choix, juste parce que je suis fait comme ça.

Et au final, je n'ai jamais eu aucun problème d'intégration, bien qu'il me soit arrivé que moqueusement à l'âge d'homme déjà mûr, on me traitasse d'intello.

Je conclurai sur ce mot maintes fois répété de mon défunt beau-frère, pilote de ligne, emporté trop tôt par une crise cardiaque :

<je cite> Toi, tu branles rien et t'as jamais rien branlé (sic), je me suis gouré de métier, j'aurais dû faire comme toi ! <fin de citation>

Qu'il repose en paix :-)

Pas toujours évident de passer outre les remarques déplaisantes des autres, mais il faut s'en affranchir et dépasser leur jalousie, car en effet, qu'est-ce d'autre ?

Ajouter un commentaire