Nouveau test d'un produit Parrot, après le casque Zik 2.0, je te propose aujourd'hui de jouer un peu avec le minidrone Rolling Spider.

Un tout petit appareil simple et peu onéreux qui peut intéresser les petits (mais pas trop) comme les grands.

Un mini drone qui a tout d'un grand

Parrot minidrones Rolling Spider

Le Rolling Spider se présente comme un tout petit appareil volant qui tient au creux des deux mains. On pourrait penser à un simple jouet pour enfant au premier regard, mais la technologie qu'il embarque nous dit plutôt le contraire :

- structure légère en plastique (55 g, ou 65 g avec les roues),

- 4 hélices de 55 mm,

- roues amovibles pour protéger l'engin, et le faire rouler au sol et sur les murs,

- caméra 0,3 M pixels (pour mesurer la vitesse et pendre des photos. Pas de vidéos),

- contrôle Bluetooth via une application pour smartphone (la liste des appareils compatibles ici, à bien vérifier avant achat),

- portée jusqu'à 20 mètres,

- stabilité assurée en combinant les données d'un capteur ultrasons, d'un gyroscope 3 axes et d'un accéléromètre 3 axes,

- autonomie de 8 minutes (6 minutes avec les roues) et recharge complète en 90 minutes,

- 3 couleurs disponibles : bleu, blanc et rouge (cocorico). Des petits autocollants sont fournis pour le personnaliser.

Le Rolling Spider est proposé à 79€ dans la plupart des boutiques (exemple sur Amazon). C'est beaucoup moins que le grand frère de la marque, le Bebop, que l'on peut s'offrir contre un billet de 499€, qui pour le coup est un vrai jouet pour adulte.

Design et prise en main

Parrot minidrones Rolling Spider

Il est plutôt marrant, avec sa bouille agressive et ses deux petites yeux lumineux qui lui servent à communiquer avec son pilote.

La minuscule batterie se place sur son dos, il faut attraper le coup de main pour la retirer, mais elle restera bien en place une fois fixée, même si tu enchaînes les loopings. Ou si tu rencontres fréquemment les murs si tu es moins doué.

Parrot minidrones Rolling Spider rouesPour le protéger de ta maladresse, tu peux l'affubler de ses roues en plastique, qui paraissent disproportionnées en comparaison de son petit corps. Le système de fixation est simple une fois qu'on l'a compris (sans regarder la notice j'ai quand même cherché quelques secondes), et les roues restent a priori bien en place (même avec mon pilotage de kamikaze).

En plus de protéger ses hélices d'éventuels chocs malencontreux, ce système permet de faire évoluer le drone en roulant au sol, voir même sur les murs avec un peu d'entraînement, ou au plafond pour les plus foufous d'entre vous.

Seul inconvénient, cela alourdit un peu l'appareil, avec une conséquence directe sur l'autonomie déjà peu glorieuse d'origine. Mais j'y reviens plus loin.

Pas de télécommande pour faire voler l'appareil, car il faut utiliser un smartphone, c'est vrai quoi, il faut vivre avec son temps.

Il faut donc installer l'application dédiée sur son mobile, nommée FreeFlight 3, disponible sur iOS, Android, et pour une fois les possesseurs de Windows Phones ne sont pas oubliés. Mes tests ont été réalisés sur la version Android.

Je te passe les détails de la connexion Bluetooth, du grand classique. J'ai cependant parfois rencontré quelques difficultés, l'application ne détectant pas l'appareil du premier coup à chaque fois.

L'application n'est pas d'une ergonomie folle, avec des menus pas toujours très clairs et la répétition inutile de certaines entrées. Et surtout l'impossibilité de la basculer en mode portrait, rendant la lecture de certaines pages difficiles, même sur un écran de 5 pouces.

Si l'appareil est connecté, on peut alors accéder aux commandes, qui devraient en théorie ressembler à ça :

Parrot FreeFlight 3

J'ai bien écrit "en théorie", car un curieux bug sur mon nexus 5 a remplacé toutes les icônes par une bête inscription "Parrot" (et j'ai vu sur le Play Store que je ne suis pas le seul).

Autant dire que cela complique sérieusement la tâche. J'ai dû apprendre par coeur les commandes pour m'en sortir, pas évident au début.

En l'absence de notice papier dans la boîte de mon modèle de test, je me suis rabattu sur la doc inclue dans l'application, assez complète. Mais bien sûr le blocage en mode paysage que j'évoquais auparavant ne m'a pas aidé.

Malgré tout, l'appareil reste simple à prendre en main. Il y a 3 dispositions possibles pour les commandes, mais pour celle que j'ai utilisé : le joystick gauche sert à pivoter l'appareil à 90° pour tourner à gauche ou droite, et à modifier son altitude, et le joystick droit sert à le faire avancer ou reculer, et tourner en s'inclinant sur le côté.

Pour cette commande de droite la prise en main est un peu particulière puisqu'il suffit de laisser son doigt appuyé sur l'écran, et c'est l'accéléromètre du smartphone qui sert de "manche à balai", le drone réagissant suivant son inclinaison.

Après quelques manipulations on s'y fait assez bien, l'appareil réagit très bien et il est stable. Il suffit d'ailleurs de tout lâcher pour qu'il reste en mode stationnaire sans difficulté.

Tout au plus à quelques moments j'ai eu l'impression que l'appareil devenait fou, mais il suffit qu'un choc précédent ait légèrement décroché une hélice ou une roue, pour le déséquilibrer. Un petit contrôle visuel le cas échéant permet de s'assurer que tout va bien avant de redécoller. Un bouton sur l'application permet également de recalibrer rapidement les différents capteurs internes.

Mais en dehors de ça c'est un plaisir de le manipuler ; je l'ai utilisé exclusivement en intérieur et je me suis vite pris au jeu de le faire passer d'une pièce à une autre, le faire rouler sur les murs, le poser sur les meubles. Attention à ne pas se laisser surprendre en extérieur : le Bluetooth ne permet de s'éloigner que de 20m.

En fonctionnement le bruit généré est assez important, il faut dire que les petites hélices tournent vite, ne compte pas surprendre quelqu'un en arrivant discrètement derrière lui.

Malgré sa petite taille le Rolling Spider semble plutôt costaud, pas de panique cependant si tu casses une roue ou une hélice car on trouve facilement des pièces de rechanges (5€ les 4 hélices par exemple, de quoi voir venir).

 

+++

 

Une fois l'appareil bien en main tu peux t'amuser à lui faire réaliser quelques cascades, rien de plus simple l'application proposant 5 types de pirouettes différentes à sélectionner. Attention cependant la première fois que tu les tentes, car certaines sont assez "violentes", dans le sens où le drone peut faire une grande embardée, mieux vaut prévoir pas mal de place autour de lui, voir de réserver ça pour une utilisation en extérieur.

La présence d'un appareil photo embarqué est plutôt symbolique, les photos étant prise à la verticale sous l'appareil, et le capteur de 0.3 MPx ne donnant pas des résultats de très bonne qualité. Tu peux récupérer tes photos en branchant le drone sur un PC en USB.

Côté autonomie, ce n'est pas la fête puisque la petite batterie ne permet que 6 à 8 minutes de vol (avec ou sans les roues). C'est court, et rapidement frustrant. La batterie supplémentaire coûte 14€ sur le site de Parrot (et 23€ avec un chargeur), c'est peut-être une bonne idée de s'en équiper dès le départ.

Parrot a d'ailleurs eu la bonne idée de me fournir 3 batteries avec mon modèle de test, je peux te dire que ça n'était pas de trop.

Les plus

- facile et rapide à prendre en main, l'appareil est stable et maniable, un régal,

- le système de roue permet de le protéger des chocs en intérieur,

- prix attractif pour tant de technologie concentrée,

- terriblement fun

Les moins

- des bugs gênants sur l'application mobile (en tout cas sur Android), et une ergonomie perfectible,

- l'autonomie limitée,

- la connexion Bluetooth a été parfois capricieuse lors de mes tests,

- un peu bruyant.

 

Conclusion

Parrot minidrones Rolling Spider

Facile à prendre en main, maniable et agréable à piloter, le tout à un prix attractif pour un tel concentré de technologie, le Parrot minidrone Rolling Spider est un petit jouet vraiment fun que j'ai pris beaucoup de plaisir à utiliser pendant quelques jours.

Le tout est de posséder un smartphone compatible... et de s'accommoder des imperfections de l'application mobile. Une petite mise à jour ne serait pas de trop.

Avec un appareil photo de faible qualité et une autonomie réduite, l'usage restera le simple plaisir de se prendre pour un pilote en faisant voler un petit appareil. C'est peut-être une bonne étape d'ailleurs pour s'initier au pilotage de ce genre d'engin avant d'investir dans du matériel plus onéreux.

 

 

 


Tu aimes ce site ?


Tu devrais lire aussi

Commentaires

Portrait de sylvain4521

Sympa ces drones ... il va falloir que je m'y mette aussi :)

Portrait de plot

J'ai acheté ce drône mais gros pb de compatibilité, sur Androïd et sur Windows Phone, bref j'ai été obligé de le ramener

c'est produit Apple.. quand je l'ai acheté on m'a juste dit "c'est compatible smartphone" en fait c'est compatible avec une liste réduite de smartphones, Iphone, quelques androïds quelques Windows Phone, mais dans la majorité des cas ça marche pas. Bon j'ai quand même pu le tester avec un téléphone prêté. Pour avoir testé d'autres drônes, il a des qualités et des inconvénients.
----------------
Dans les qualité, le gros point impressionnant c'est sa stabilité. En effet il bouge pas d'un poil que ce soit en latitude ou en déport, ce qui permet de faire de l'intérieur et d'être très précis. Il y a également pas mal de figures préprogrammées mais bon ça j'ai toujours pas trop compris l'intérêt
Ensuite le pilotage depuis smartphone permet donc de piloter au gyroscope du smartphone ce qui est très ludique effectivement. On penche le smartphone et le drone se déplace.
----------------
Inconvénients il y en a beaucoup. Les hélices sont trop rigides et donc vont casser facilement. Pas d'hélices de rechanges fournies il faut passer à la caisse. Coût de la batterie supplémentaire trop élevé. Pour s'éclater avec un drône il faut un minimum de 3 batteries en tout, et encore c'est un minimum. Donc autonomie moyenne
Ensuite pas de mode video,.. bon admettons mais c'est quand même très sympa de regarder des films.
Ensuite il y a la portée radio... forcément en bluetooth 20 mètres c'est très très limité, donc utilisation en intérieur uniquement, mais en extérieur peu d'intérêt... Déjà que je râle avec ma portée de 200m quand je perds le contact...

Au final je pense que Parrot doit revoir la copie.. le produit a une belle finition mais pour le même budget, en made in China on trouve du matos solides qui permet de s'éclater ... bref plus un gadget avec lequel on va jouer 5 minutes et qui va ou se casser, se perdre ou bien rester au placard...

---------------------------

Conclusion si vous avez un smartphone compatible et que vous voulez faire mumuse en intérieur ou au bureau, pourquoi pas mais prévoyez un budget supplémentaire pour quelques batteries en plus sinon vous vous en servirez pas... (c'est relou de charger 90 min pour 6 min de vol, au bout de quelques essais on abandonne)
Si par contre vous voulez faire du drône plus sportif, c'est à dire de la vitesse, des grands cercles, de l'altitude, voire faire un peu de video, sans crainte de casser, il y a mieux... allez je vous le dône, c'est le syma X5C, et pour les bidouilleurs on peut même l'ouvrir et jouer du faire à souder

Sympa ce petit drone, dommage que la batterie soit toujours l'élément limitatif à l'amusement...

Hâte de voir des batteries à hydrogène!

Ajouter un commentaire