Nous sommes tous amenés à résoudre quotidiennement des problèmes dans le cadre de nos activités, qu'elles soient professionnelles ou personnelles.

Si certaines solutions semblent parfois évidentes, d'autres problèmes nécessitent fatalement de se creuser un peu la tête pour les résoudre, voire de faire preuve de créativité pour trouver des solutions innovantes.

Je suis tombé sur une présentation intéressante expliquant un processus que l'on peut s'entraîner à suivre pour trouver des solutions créatives à ses problèmes.

Nous suivons peut-être plus ou moins consciemment ces étapes par habitude, mais le fait de les conceptualiser peut sans doute être utile pour être plus efficace.

Perspicacité

photo pixabay

Avant toute chose, il paraît indispensable de bien définir le problème qui se trouve face à nous, pour être certain de bien en comprendre le sens, les limites, et de ne manquer aucune de ses composantes.

Quoi de plus frustrant que de gâcher du temps dans la résolution d'un problème apparemment complexe alors qu'une solution simple était possible, simplement parce que nous avions manqué un élément lors de l'analyse préalable ?

Une personne perspicace est définie comme "quelqu'un qui voit, qui saisit de façon pénétrante des choses difficiles" (source Larousse)

Il s'agit donc de bien analyser la situation. Il est souvent utile à ce stade de découper un problème complexe en plusieurs étapes plus accessibles.

Saturation

photo pixabay

Ce terme désigne simplement l'action de faire des recherches et de rassembler de l'information pouvant aider à la résolution du problème.

On pourra alors se plonger dans des lectures touchant au même sujet, accumuler des données et de l'inspiration en explorant le web, des exemples existants, en consultant les spécialistes de la thématique, en discutant du sujet à la moindre occasion.

Pour certains cette étape peut paraître fastidieuse et ennuyeuse, à l'opposé même de la créativité.

Mais elle conditionne la réussite de la suite du processus.

Incubation

photo pixabay

La tête remplie des inspirations de l'étape précédente, il s'agit à présent de "laisser mariner", de relâcher son esprit pour stimuler la créativité.

Est-ce vraiment efficace ?

Beaucoup d'entre nous avons déjà eu quelques unes de nos meilleures idées en prenant notre douche, en marchant dans la nature ou lorsque nous rêvons, n'est-ce pas ?

Cela implique de prendre du temps pour soi, pour "ne rien faire", en tout cas pour faire des choses apparemment non-productive.

(les amateurs de la série Mad Men feront sans doute le lien avec l'apparente inaction des créatifs de l'agence de publicité ;-)

Illumination

photo flickr / jaci XIII

L'ampoule s'allumant au-dessus de la tête, et le fameux Eurêka ! d'Archimède, sont des symboles assez parlants de l'idée qui peut parfois surgir comme venue de nulle part, et qui semble pouvoir apporter une bonne solution à notre problème.

Concrètement, je ne crois pas que ce type d'illumination soudaine soit systématique, je pense que c'est parfois en laissant divaguer son esprit, en prenant des notes, en poursuivant les recherches, en griffonnant des dessins, des schémas, que l'idée réellement viable peut faire son chemin.

Il est important dans ces situations d'avoir à portée de main tous les outils qui peuvent nous être utile pour ne pas perdre l'inspiration : bloc-notes, papier, crayon, smartphone...

Vérification

photo pixabay

On ne le répétera jamais assez, une bonne idée sans bonne exécution n'est rien, la dernière étape consiste donc à transformer son idée en action.

Pour ne pas perdre de temps et de ressources, il est utile dans la plupart des situations de "tester" son idée pour vérifier qu'elle répondra bien au problème définit tout au début du processus.

Il sera donc conseillé selon les cas de faire des essais, de construire un ou plusieurs prototype(s). On utilise souvent le terme "proof of concept" en anglais, en particulier en informatique.

Suivant les résultats obtenus, on pourra alors passer à la résolution du problème, ou modifier la solution pour l'améliorer, ou au pire recommencer le processus depuis le début.

 

N'hésite pas à partager tes trucs et astuces pour trouver des solutions créatives.

 


Tu aimes ce site ?


Tu devrais lire aussi

Commentaires

Portrait de LaboCss

J'ai un bloc notes sur ma table de chevet, sur mon bureau, dans mon sac, etc... Il n'y a que dans les toilettes ou je n'ai pas encore pensé à en mettre (mais ça va venir). Très souvent c'est dès qu'on décolle un peu les yeux (ainsi que le reste du corps) de l'ordinateur, que les idées viennent. :)

Portrait de coreight

C'est sûr, j'ai parfois l'impression que l'écran absorbe le cerveau, car certains problèmes qui semblent insolubles devant deviennent soudainement limpides dès qu'on décolle les yeux ;-)

Portrait de LaboCss

Je suppose que c'est parce que lorsque l'on est devant l'écran on est censé taper quelque chose, une ligne de texte, du code, autre chose... Tandis que sans ça on se concentre plus sur l'idéation.

Portrait de Nairolf

Article sympa, même si le reste léger.

Souvent, moi, c'est lorsque je cours que me viennent des idées intéressantes. Courir est une activité intéressante (la marche pourrait agir de même pour d'autres). On doit rester concentrer, et cela peut durer entre 30 et 60min. Avec l'effort, notre cerveau se vide, et se met à capter de nouvelles idées.
Malheureusement dans ces conditions, pas trop la possibilité de noter quoi que ce soit, alors, on fait confiance à sa mémoire ;)

Portrait de coreight

Et c'est sans doute un très bon exercice pour la mémoire !
Merci pour ton partage d'expérience

Ajouter un commentaire