Aaaaah, enfin, ça faisait longtemps que la blogosphère ne s'était pas déchirée autour de Google+. Le dernier combat le plus sanglant dont je me souvienne date de près d'un an et demi, il fallait bien penser à remettre le couvert.

Les combattants sont prêts ?

A ma gauche les plus pessimistes sur l'avenir du réseau social de Google, arguant que l'entreprise l'abandonne progressivement.

A ma droite les défenseurs de la couche sociale de Mountain View, démontrant au contraire qu'il y a plein de raisons de croire à sa future longue vie.

Ready ? FIGHT !

Préparez vos habits de deuil, Google+ va mourir

Google+ en enfer

Nous ne manquons pas de preuves irréfutables depuis le début de l'année de la future disparition de l'éphémère réseau social de Google :

Même le créateur de Google+ quitte le navire

Google+ départ de Vic GundotraStupeur chez les Googlers fin avril 2014 : Vic Gundotra, créateur de Google+ et responsable des réseaux sociaux chez Google, a annoncé quitter l'entreprise pour d'autres horizons.

Évoquant des raisons personnelles, certains ont tenté d'y déceler des dissensions internes et une réorganisation des équipes de Google, signifiant à coup sûr le début de la fin pour Google+.

Car lorsque même le grand chef se sauve en courant, il n'y plus trop d'illusion à se faire.

Nous ne sommes plus forcés d'utiliser notre vrai nom

La stratégie initiale de Google+ était pour le moins agaçante pour bon nombre d'internautes : forcer ses utilisateurs à utiliser leur vraie identité pour s'inscrire au service, sous peine de voir son compte tout simplement bloqué (certains en ont fait les frais)

(tu ne le répéteras pas trop fort, mais je m'étais personnellement bien assis sur cette exigence de Google+, et je ne sais pas par quel miracle je suis toujours passé entre les gouttes).

Remarque que Facebook exige apparemment la même chose, mais semble bien plus souple sur les vérifications.

Revirement de situation en juillet dernier avec une annonce faite sur le réseau social, expliquant que désormais, tu peux t'appeler "Le Petit Poney" en toute impunité.

En tout cas c'est certain : si Google s'excuse et devient moins restrictif, c'est pour faire table rase de l'échec cuisant de son réseau social.

La fin de l'affichage des profils Google+ dans les résultats de recherche

S'il y a un marché sur lequel Google est toujours indétrônable, c'est bien celui de la recherche. Quoi de plus efficace alors que de se servir de cette arme de guerre pour imposer n'importe lequel de ses services aux internautes ?

C'est en tout cas la stratégie retenue pendant quelques temps, avec la prise en compte des balises relatives à l'auteur des contenus sur les site web, à relier aux profils Google+. Avec en échange un bel affichage (lien compris) de ces profils dans les résultats de recherche pour ceux qui avaient tout fait comme il faut.

Mais puisque la série noire semble se poursuivre, c'est cette fois fin août que l'un des responsables SEO de Google a annoncé que cette expérimentation fut forte intéressante, a donné lieu à pas mal de remous chez les webmasters, mais qu'elle n'était finalement pas si pertinente que ça et qu'ils allaient arrêter là les frais.

Diantre. Si même le moteur de recherche laisse tomber Google+, ça sent vraiment le sapin.

Il n'est même plus obligatoire de s'inscrire à Google+ pour créer un compte Gmail, YouTube, Google Docs ou Google Play

Autre fonctionnalité qui a fait rager plus d'un internaute, l'obligation de se créer un profil Google+ lors de la création d'un compte sur certains services majeurs du géant californien.

Évidemment, cela a grossi artificiellement le nombre d'utilisateurs annoncés du réseau social. Malins les gars.

Jusqu'à ce beau jour de début septembreGoogle a subtilement ajouté un petit bouton "Non, merci" (quelle politesse !) sur la page proposant gentiment de se créer un profil public Google+

Comme ça, discrètement, sans annonce officielle.

Le désaveu est complet, Google ne force plus personne à utiliser son réseau social.

De toute façon, il n'y a personne sur Google+

A part les employés de Google, c'est bien connu.

Quoi ?! Google+ est l'avenir de Google, il n'est pas près de disparaître

Google+ au paradis

Bien entendu, tout serait plus clair s'il n'y avait pas quelques signes en faveur de Google+ :

Si Google+ n'apparaît plus si clairement sur le moteur de recherche, son impact sur les résultats de recherche est bien réel

Si l'on sait depuis un moment que le nombre de partages d'un contenu sur les réseaux sociaux à un impact significatif sur le positionnement dans les résultats du moteur de recherche, ce que l'on sait moins c'est l'impact du petit bouton +1 sur ce classement.

Il serait apparemment loin d'être négligeable si l'on croit ce genre d'étude, ou encore celle-ci. On peut même penser que la fin de l'authorship pourrait renforcer Google+, en mettant davantage en avant les gros utilisateurs du réseau.

Dans tous les cas, il est sans doute très intéressant pour Google de pouvoir influer sur les résultats de son moteur de recherche via les recommandations sociales des internautes à l'aide d'un outil interne. Parce qu'ils sont bien gentils Mark Zuckerberg et le petit oiseau bleu, mais c'est quand même un comble que l'entreprise n°1 du web ne soit pas plus influente dans ce domaine.

En arrêtant de forcer la main aux utilisateurs, Google+ fait le choix de la qualité

Forcer des utilisateurs à s'inscrire, ce n'était peut-être pas une bonne stratégie, sauf si l'on veut ouvrir en grand les portes aux spammeurs et trolls en tout genre.

Google s'en est sans doute rendu compte, à ses dépends, mais après tout, il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis. Même lorsqu'on parle d'une boite qui pèse plus de 400 milliards de dollars.

Cela rejoindrait d'ailleurs assez logiquement l'acquisition de la start-up Impermium en début d'année, justement spécialisée dans la lutte contre le spam.

Google+ continue de lancer de nouvelles fonctionnalités

Fin mai, Google+ lançait Histoires et Films, deux fonctionnalités assez bluffantes permettant de créer automatiquement de chouettes album à partir de ses photos et vidéos (à vrai dire, je les trouve même carrément géniale et je suis bouche bée à chaque fois que Google+ m'en propose une).

Et cet été, Google lançait un tableau de bord synthétique pour les entreprises, rassemblant leurs données de Maps, de recherche, et de Google+, et bien entendu bien rangée au sein du réseau social.

On entrevoit mal la fin prochaine d'un outil qui a bénéficié de nouvelles fonctionnalités aussi poussées au cours des derniers mois.

Une refonte complète de son application mobile

Le web est de plus en plus mobile, et Google a toujours su sortir son épingle du jeu, avec l'exemple d'une application mobile pour Google+ d'une qualité 100 fois supérieure à celle de bien d'autres réseaux sociaux.

Application qui a d'ailleurs subi plusieurs refontes au cours du temps, la dernière remontant à fin mai.

Là encore, difficile d'imaginer dépenser autant d'énergie pour un service mourrant.

Google poursuit ses acquisitions pour améliorer Google+

L'appétit de Google est gargantuesque, et la liste de ses acquisitions impressionnante.

L'une des dernières n'est autre que Polar, start-up spécialisée dans les sondages en ligne, apparemment dans le but d'inclure de nouvelles fonctionnalités à Google+.

 

 

 

Et puis zut, vous n'avez qu'à demander à nos milliers de contacts sur Google+ s'ils sont employés de Google

Ou alors ils le cachent vraiment bien.

 

Bon, au final... et si on avouait tout simplement que l'on n'en sait rien du tout ?

Quel avenir pour Google+ ?

On le sait, Google a beau porter haut le slogan "don't be evil", lorsque la multinationale a des décisions stratégiques à prendre, elle a au moins le courage d'y aller franchement, même si des millions d'utilisateurs seront mécontents.

Souvenons-nous tous de la disparition de Google Reader mi-2013. Aurions-nous d'ailleurs imaginé quelques mois avant cette annonce que ce service fermerait brutalement ? Et ce n'est pas le seul à avoir fait les frais des multiples réorganisations de l'entreprise.

Concernant Google+, reste à comprendre le réel intérêt du réseau dans la stratégie de la firme américaine.

Et je doute à ce niveau que réagir à chaud sur les quelques événements liés de près ou de loin au réseau social soit suffisant pour cela.

Google+ a séduit les early-adopters ; les vrais amateurs de web et de technologie. Je le pense sincèrement, et cela se vérifie dans mon cas, j'expliquais d'ailleurs récemment que la source de trafic "social" principale de ce blog était justement Google+ (32%, contre 26% pour Twitter et 19% pour Facebook).

Mais Google a sans doute voulu brûler les étapes en cherchant à l'imposer auprès du grand public à l'aide de méthodes "forcées", ni bien vécues par les internautes, ni réellement efficaces.

Ses récentes annonces et décisions auraient-elles pour objectif de lui redonner une image plus positive ?

Difficile en tout cas de prédire les réelles intentions de Google pour son réseau social... mais au fait, l'objectif de Google n'est-il que de proposer une alternative à Facebook ?

Jouer le rôle de suiveur serait bien décevant de la part de l'une des entreprises les plus innovantes dans le monde du web.

Vers des surprises à venir ?

 

Bien entendu, cet article ne serait pas complet si je ne t'incitais pas à suivre ma page ;-)

 

 


Tu aimes ce site ?


Tu devrais lire aussi

Commentaires

Bonne synthèse. Les spéculations sont nombreuses, mais, entre vous et moi, c'est encore Google qui a le fin mot dans toute cette histoire. "Wait and see", comme diraient les Anglais.

tiens tu n'utilises pas le système de commentaire de G+ tu as peur que nos commentaires disparaissent avec le réseau? :-)

Portrait de Gilles

Y'a un bout de temps déjà que Google ne met plus sa devise en avant, non ? cf WP-en
Sinon bon... Numérama quoi...

Portrait de bibousiq

Très bon article qui énonce ce que je pense: nous ne savons pas ce que va faire Google.

Par contre, je dois avouer que ça m'embêterait beaucoup de voir disparaître Google+, réseau social que j'adore car il a (pour moi) toutes les qualités que n'a pas (ou peu) Facebook. En plus, pour moi qui suis passionné de web, tech et photo, c'est le paradis.

Bref, je voudrais voir ce réseau perdurer car je pense qu'il a sa plac dans le paysage du web social. Il ne sera certainement pas à l'égal de Facebook mais franchement je préfère largement la qualité à la quantité.

Ajouter un commentaire