Suite de ma petite série approchant la thématique artistique, après avoir essayé de trouver les éléments qui pouvaient nous être utile dans cette discipline pour nous motiver.

En parcourant les musées et galeries et en s'intéressant aux histoires souvent passionnantes des artistes qui y sont exposés, on se rend compte à quel point transformer son art en une activité suffisamment rentable pour pouvoir en vivre peut être une tâche de longue haleine, qu'une immense majorité n'arrive même jamais à atteindre.

Comment garder espoir dans ces conditions, comment continuer à avoir envie de poursuivre alors que l'on peut être quotidiennement en difficulté pour vivre ?

Si des artistes arrivent à garder la motivation dans de telles conditions, je me suis dit que leur exemple pouvait sans doute être utile à tous.

Voici quelques idées qui me sont venues en tête, aidées par quelques lectures trouvées sur le net dont cet article très intéressant d'une peintre américaine (en anglais).

Se fixer des objectifs

Obtenir des résultats chiffrées, ou tout au moins facilement perceptibles, des efforts que l'on a fourni est une source de motivation très puissante.

Sauf pour celui qui vend très régulièrement des oeuvres, accueille quotidiennement des visiteurs dans sa galerie, ou peut suivre heure après heure le nombre de téléchargement de sa musique, comment mesurer les résultats de sa production artistique ?

Peut-être simplement en se fixant soi-même des objectifs concrets de production : peindre un tableau par semaine, réaliser une nouvelle série de photographies avant la fin du mois, composer deux nouvelles chansons durant l'été, attirer 100 visiteurs par jours sur son site Internet...

Le fait de voir une progression par rapport à ses objectifs, et de ressentir la satisfaction de les avoir accompli, donne mécaniquement l'envie de continuer et de faire encore plus la prochaine fois.

Ne pas voir ses outils de travail comme des limites, mais des éléments faits pour alimenter notre créativité

Rien ne doit venir mettre des barrières entre nous et les choses que l'on veut créer. Or s'il y a pourtant quelque chose placé exactement à cette position, ce sont le outils que nous utilisons.

Il faut réussir à les maîtriser parfaitement, ainsi que les différentes techniques, afin qu'ils ne brident pas notre créativité, mais fassent au contraire partie intégrante de notre travail. Nos outils ne doivent pas être des limites, mais des éléments servant à alimenter notre créativité.

Le coup de pinceau qui rend une toile inimitable. Le grain d'un instrument qui rend un son unique. La technique photographique qui capture parfaitement l'image tel qu'on le souhaite.

Être exigeant... sans exagérer

Être perfectionniste, chercher à retranscrire précisément ce que l'on avait en tête, est sans doute une qualité précieuse pour tout artiste.

Cependant, il serait dangereux de croire qu'il est possible de créer un chef d'oeuvre à chaque fois, et perdre patience à chaque travail qui n'atteint pas nos ambitions.

Chaque création n'est qu'une étape vers la prochaine oeuvre. Tu dois en tout cas t'en convaincre.

Montrer ce que l'on fait, avoir des retours sur son travail

L'objectif des activités artistiques est rarement de rester caché aux yeux du monde. C'est souvent au contraire une façon de montrer aux autres sa propre vision du monde.

Qu'est ce qui pourrait alors nous retenir de nous montrer ?

La peur de la mauvaise critique ? Le sentiment que notre travail n'est pas encore assez bon ? Que nous devrions nous améliorer avant de nous montrer ?

Mais comment pouvons nous le savoir sans retours extérieurs ?

Même les plus grands artistes ont commencé un jour, quelque part.

Se connecter avec la communauté

(affiche de l'ArtCamp Dijon 2010)

Le mythe de l'artiste solitaire reclu dans son atelier a peut-être vécu. Difficile en tout cas de rester motivé de cette façon.

Beaucoup d'artistes reconnus ont a un moment de leur carrière fait partie d'un mouvement, fréquentant alors régulièrement leurs confrères, échangeant, s'enrichissant les uns les autres de leurs créations.

Ce qui n'empêche absolument pas d'avoir sa touche propre et d'être reconnu pour son propre nom.

Rencontres, vernissages, soirées, forums et sites spécialisés, blogs... les points de contacts ne manquent pas. Il faut juste prendre le temps de les utiliser.

Être toujours prêt : noter ses idées partout

La hantise de beaucoup d'artistes est le syndrome de la page blanche, ce moment où plus aucune inspiration ne vient, où toute nouvelle idée paraît systématiquement mauvaise.

A tel point que certains finissent par abandonner.

Ces périodes ponctuelles pourraient sans doute être limitées en profitant justement des instants particulièrement créatifs, qui peuvent survenir n'importe quand et n'importe où, pour se constituer un véritable vivier d'idées et de ressources dans lequel on pourra aller puiser en cas de besoin.

Avoir sous la main un carnet de croquis, un bloc notes, un enregistreur audio, un appareil photo... peut aider grandement à capturer ses moments précieux.

La passion avant tout !

Bien entendu, rien de tout cela ne serait possible sans être animé par une véritable flamme pour ce que l'on fait, qui peut réussir à faire oublier les difficultés financières, le manque de reconnaissance, le manque de sommeil...

On retrouve d'ailleurs cette caractéristique chez bon nombre d'entrepreneurs ou chercheurs.

Un aspect qu'il ne faut sans doute pas oublier.

 

J'espère que cela t'a plu, je t'invite également à aller jeter un oeil à cet article sur la créativité.

N'hésite pas bien sûr à partager tes propres expériences !

 


Tu aimes ce site ?


Tu devrais lire aussi

T