J'ai souvent l'impression que beaucoup de personnes ont gardé un vague souvenir négatif de l'école, comme une épreuve obligatoire avant de pouvoir enfin gagner leur vie. Et que beaucoup semblent avoir malheureusement perdu le goût inné pour l'apprentissage dès la fin de leurs études, ne prenant que très rarement la peine d'essayer d'apprendre quelque chose de nouveau dans leur vie quotidienne.

Je suis pourtant persuadé que l'une des choses les plus enrichissantes dans la vie est bien de garder cette curiosité qui nous pousse à observer notre environnement, essayer de le comprendre, et apprendre à faire de nouvelles choses.

Parmi les multiples façons d'apprendre, il y en a une qui peut donner les meilleurs résultats, mais qui demande un investissement important qui freine bien souvent la plupart d'entre nous : retourner à l'école.

Enfin, pour être plus exact : reprendre une formation "pure et dure", avec un professeur face à soi et des camarades de classe à ses côtés, peu importe ensuite qu'il s'agisse de cours du soir, d'études en alternance, d'une formation sur plusieurs semaines ou plusieurs années.

J'ai titré cet article "après 30 ans" car je parle de mon expérience personnelle, mais tu auras bien compris que cela peut s'appliquer de façon plus générale à toutes les situations de retour à la formation après une période plus ou moins longue d'activité professionnelle.

Quel intérêt à retourner à l'école ?

Retour à l'école : salle de classe

photo flickr / Texas A&M University

Se concentrer plusieurs heures par jour sur le simple fait d'apprendre

Je suis un autodidacte convaincu, et pourtant, si j'ai conscience de la masse de connaissances et compétences que j'ai pu acquérir par moi-même, en grande partie grâce à Internet, je me rends compte également très souvent des limites de cet apprentissage autonome : l'impression de manquer d'automatisme, de ne pas avoir en tête l'ensemble des outils à ma disposition, de passer beaucoup de temps sur des choses que d'autres peuvent faire bien plus rapidement.

Bref, je sais faire des choses, j'arrive généralement toujours à mes fins, mais parfois au prix de longues heures de recherches et de travail, que je pourrais sans doute économiser si mon apprentissage avait été un peu plus structuré.

L'immense avantage à se trouver dans une salle toute une journée avec un formateur face à soi et de nous obliger à focaliser notre attention sur un unique sujet, sur la compréhension de ce que l'on nous enseigne.

Il est bien plus difficile de se remettre dans les mêmes conditions sur une longue période avec les autres moyens d'apprentissage.

S'exercer

La plupart des formateurs habitués à faire face à un public d'adultes savent que ce type d'élève peut avoir du mal à rester concentré assis sur une chaise, d'autant plus si cela fait longtemps qu'il a quitté les bancs de l'école.

La solution consiste le plus souvent à présenter les cours sous la forme d'une multitude de cas pratiques et concrets pour lesquels les étudiants vont pouvoir s'exercer par eux-même.

Là-encore, le fait d'être "forcé" à se concentrer plusieurs dizaines de minutes à la résolution d'un problème est sans doute le meilleur moyen de faire rapidement des progrès.

Bénéficier du contact direct avec des spécialistes

Évidemment, l'intérêt d'avoir un "professeur" à portée de main est de disposer à la demande d'informations complémentaires, de réponses aux questions que l'on peut se poser, de disposer en surplus d'un tas d'astuces et de conseils, de corrections, de critiques... J'imagine d'ailleurs que les questions peuvent être beaucoup plus pertinentes venant de personnes ayant déjà eu une activité professionnelle, même dans un autre secteur d'activité.

Quelques critères à prendre en compte

Retour à l'école : panneau

photo flickr / Kelly Hunter

L'adéquation avec ton projet professionnel

Cela peut sonner comme une évidence, et pourtant, choisir une formation pour des compétences qui nous rapprochent de notre projet professionnel ne nous donnera pas pour autant toutes les cartes pour aboutir précisément à ce que l'on souhaite.

Souhaites-tu trouver un job salarié ? Travailler comme free-lance ? La formation choisie te donnera-t-elle toutes les cartes pour te lancer sur telle ou telle voie ?

Autant de question à se poser pour faire le choix de son cursus.

En parlant de projet professionnel, il ne faut pas oublier qu'une période de formation est parallèlement l'occasion de se faire des connaissances et d'entrer en contact avec des entreprises, bref de se constituer un début de réseau qui sera indispensable plus tard.

La durée de la formation

Es-tu vraiment prêt à retourner sur les bancs de l'école pour une, voire plusieurs années ?

Personnellement je ne m'y voyais pas du tout, et cela a drastiquement réduit le choix de formation à ma disposition.

Il existe bien entendu des tonnes de possibilités, entre les formations en alternance, les cours du soir, ou au contraire les journées complètes...

Le coût et le manque à gagner

Rien n'est gratuit dans ce bas monde, et les questions financières doivent être prises en considération pour ne pas risquer de se trouver en situation délicate.

La première chose est évidemment le coût de la formation, il existe d'ailleurs de multiples moyens de se faire aider pour ça, mais je n'entrerai pas dans le détail ici.

L'autre chose à prendre en compte est l'absence de revenu le temps de la formation, et surtout ensuite pendant une période difficile à estimer, le temps de trouver un emploi ou ses premiers clients. A ne pas négliger assurément... mais je pense sincèrement qu'il ne faut pas non plus se réfugier derrière cette excuse pour ne pas se lancer.

Une telle aventure comporte évidemment des risques, mais qui méritent 1000 fois d'être pris si c'est ce que tu veux vraiment faire. 

L'organisation

Enfin, beaucoup d'autres paramètres peuvent influer sur l'efficacité d'un retour à l'école tardif : Existe-t-il une formation proche de chez toi ? Devras-tu déménager ? Pourras-tu te consacrer pleinement à ce projet, en pensant aux nécessaires révisions à la maison ? 

Possèdes-tu le minimum de connaissances requis pour pouvoir accéder à la formation souhaitée ? Si non, disposes-tu de suffisamment de temps et de ressources pour te mettre à niveau avant de commencer ?

Bref, il faut faire un plan en essayant de penser à tout ça. Bien entendu, tout ne se passera pas comme prévu, mais avoir un plan pour la plupart des choses est déjà un peu rassurant, non ?

 

J'espère que ces quelques idées pourront aider ceux qui hésitent encore à se jeter à l'eau, ou qui viennent de se lancer.

Pour la petite histoire, j'ai choisi une formation d'intégrateur / développeur web de 3 mois à la 3W Academy, que j'ai commencé depuis une semaine, avec pour le moment une grosse révision pour moi des bases du HTML / CSS, et surtout beaucoup de pratique qui me manquait sur des exercices d'intégration. Les choses devraient se corser rapidement, je te tiendrai au courant. Je me suis installé dans la belle ville de Lyon pour l'occasion, mais pas uniquement pour les besoins de la formation car je compte y rester ensuite (d'ailleurs si des Lyonnais passent par ici, n'hésitez pas à me faire signe ;-)

Alors, parmi vous, qui a déjà vécu cette expérience ? Qui a ce projet ?

 


Tu aimes ce site ?


Tu devrais lire aussi

Commentaires

Portrait de Paco

Salut !

Très bonne initiative. Il n'y a rien de plus réjouissant que d'apprendre (enfin si, il y a quelques trucs... ;) ).

J'ai 40 ans passé (mince, ça fait limite vieux schnock). Il y a une vingtaine d'années, les études ne m'intéressaient pas vraiment (perdu en FAC de sciences), je ne savais pas trop quoi faire de ma vie et n'avais pas réellement envie d'y réfléchir...
Bref, j'ai fait mon bonhomme de chemin dans la restauration, avec beaucoup de plaisir, je tiens à le préciser. Mais c'est un métier usant et le plaisir vient aussi de l'environnement. Au bout de plusieurs années, je ne m'y retrouvais plus.

Après quelques temps de chômage (pas trop), j'ai pu grâce à l'ANPE (à l'époque) effectuer une formation qualifiante en électronique. Ce n'était pas réellement mon choix, je souhaitais plutôt m'orienter vers l'informatique, mais le secteur étant soit disant bouché, je suis donc allé au plus prêt.
J'ai passé 11 mois et demi sur les bancs de l'AFPA de Brest pour obtenir un titre niveau III (bac +2). J'ai ensuite travaillé 10 ans dans l'électronique jusqu'au jour où j'ai réalisé une interface Web dans le cadre de mon travail.

Allez hop, j'ai cherché un financement et après 3 demande auprès du FONGECIF, j'ai pu l'obtenir. J'ai effectué une formation, de 8 mois avec stage, de développeur logiciel (titre niveau III) en continue à l'ENI École Informatique à Nantes. Grâce à l'entreprise dans laquelle j'ai effectué mon stage, j'ai pu continuer en alternance à l'ENI, à Rennes cette fois, pendant un an pour pousser sur le titre niveau II (bac +4) de concepteur développeur informatique. L'alternance a été courte car les cours dispensés ont le un tronc commun.

J'ai passé de très bons moments. Il faut dire aussi que j'aime apprendre. Comme tu l'as très bien dit, il faut vraiment aller dans un secteur qui intéresse. Une formation pour faire un travail alimentaire a de très grand risque de se terminer par un échec.
Cela demande de la volonté et ne pas voir peur de sortir de sa zone de confort.
D'ailleurs je me permets de mettre un lien Youtube sur bonne vidéo à ce sujet https://www.youtube.com/watch?v=f6uOABlKJeg (tu supprimes le lien si ça pose un problème évidemment).
Je l'ai regardé avant de faire ma seconde formation et ça m'a bien motivé.

Il ne faut pas non plus penser étude derrière un bureau spécifiquement. Un de mes anciens collègues en électronique est parti dans le travail du bois, parce qu'il aime ça.

Travailler dans un secteur qui plait ça n'a pas de prix.

Portrait de Olivier Schimpf

Merci Matt pour ces conseils et ton partage d'expérience.
Apprendre, à l'école ou ailleurs, est toujours bon.

Portrait de Alis

J'ai repris mes études sur deux ans, et ai validé mon diplôme en mai 2014 =) J'avais 29 ans quand j'ai réussi à réintégrer cette formation qui me laisse encore un souvenir extraordinaire, et qui m'a en plus offert l'opportunité de continuer à avoir une vie de famille à côté. Personnellement, je ne suis pas vraiment autodidacte, j'ai toujours préféré que quelqu'un (de passionné) m'apprenne quelque chose, au moins des bases. Aujourd'hui, j'espère pouvoir entamer une formation pour devenir formatrice en informatique :) (après une pause d'un an, quasiment, pour cause de grossesse x) ) Et en attendant, suivre quelques cours dans les amphi de la fac, sur des sujets qui me passionnent ^^
En tout cas, il n'y a pas d'âge pour apprendre et reprendre des études :)

Portrait de Johann

Par moments j'y pense mais... la capacité de réflexion et d'apprentissage surtout, sans doute moins "fraîche" qu'auparavant me pose question...

Portrait de Paco

Je me trompe peut-être mais je ne crois pas qu'on perde réellement cette capacité avec le temps. On a juste peut-être tendance à moins l'utiliser.
Avec de l'entrainement et ça va revenir.

Portrait de xhark

La france est très axée sur les diplômes malheureusement, certaines sociétés ne recrutent que si tel niveau d'étude est acquis. C'est franco-français et bien dommage, l'expérience n'est pas assez valorisée sur certains profils. Il y a aussi la VAE qui peut rattraper un peu le coup et officialiser des compétences.

Portrait de Aldevar

Je viens de tomber sur cet article et justement j'ai ce projet.
Après un titre technicien supérieur en réseau informatique de niveau III obtenu à l'AFPA en 2009, je me lance dans un formation d'ingé réseau au CNAM.
Le cursus est par contre beaucoup plus long. Ce sera minimum 3 ans, en cours du soir / e-learning.

Mais en effet, reprendre les cours à 30 ans passé est plus exigeant, notamment en terme d'organisation (famille, travail)

Portrait de Lapin

Je viens moi aussi de découvrir ton blog vraiment sympa que je n'ai pas encore retourné dans tous les sens mais m'y atèle :) Je me retrouve dans chacun de vos commentaires, ça fait plaisir. Touche à tout mais mauvais autodidacte et après maintenant 6 mois d'inactivité, je suis plus que motivé à reprendre une formation (9 mois) en décembre après des années de "galère" dans les commerces. Gradué en écriture multimédia en 2006, j'ai aussi l'impression de ne plus savoir tant de choses mais tout est toujours là, faut juste réactiver les cellules. Bref, 31 ans et toutes mes dents, il est temps de réagir. Aaah cette foutue zone de (non) confort ^^

Portrait de coreight

Merci à tous de vos partages d'expérience, c'est toujours plus facile de se motiver lorsque l'on ne se sent pas seul ;-)

Portrait de bern

J'ai fait 5 ans de biologie et biochimie, j'ai suivis des cours de dessin et de peinture par correspondance à l'école ABC, j'ai appris à jouer de la guitare basse et de la contrebasse pendant 20 ans dans le style jazzrock, j'ai travaillé comme journaliste dessinateur, au rotring et aux trames transfer, au Point, ai suivis 3 mois de formation en pao (comme on disait à l'époque) à l'IPECI, j'ai été infographiste, j'ai appris le html, et à 65 ans me suis mis à Wordpress.Aujourd’hui je peu customiser n'importe quel thème par Firefox et la gestion des css, la seule limite étant celle de mon imagination.Et je ne finirai jamais d'apprendre. Je n'ai pas eu beaucoup de profs récemment mais par contre j'ai toujours trouvé une solution à tel ou tel problème d'informatique par les moteurs de recherche. Aujourd’hui je m'oriente vers la réalisation de projets pour l'édition d'ouvrage (texte+dessin+mise en page).Le web est un méga-cerveau mondial pour qui sait l'utiliser. Internet est au 21 siècle ce que l’imprimerie fut à la renaissance. Quand à l'organisation, la seule voie vers la réussite, j'aime beaucoup la méthode GTD de David Allen, et revenir au bon vieux discours de la méthode du vieux Descartes. Je me suis toujours gardé d’être un touche à tout, le perfectionnement de l'illustration et sa personnalisation restant le centre de ma vie. Perfection = toujours apprendre.

Ajouter un commentaire